mardi 1 avril 2014

L'Empereur, Tome 1 : Le Roi de Liane Silwen

Nombre de pages : 424 pages
Date de parution : janvier 2013
Fiche du Livre

Quatrième de couverture
On raconte souvent des aventures qui forgent les héros. Pour Enjan, c'est différent : il n'a pas le choix, il est déjà le héros, la Lumière tant attendue qui doit sauver Nadane ! A l’âge de dix-sept ans, il monte sur le trône et représente le dernier espoir de la population de Codée pour retrouver une vie paisible. Car depuis les Grandes Guerres, les relations entre les peuples sont fragiles, les tensions politiques palpables, des bandits infestent les terres et les conflits internes minent les gouvernements... Comment se comportera-t-il face à la tâche qui l'attend ? Saura-t-il survivre à son devoir ? Au cœur des intrigues, en qui placer sa confiance ? Face à cette situation délicate, Enjan compte sur l’appui de ses amis et de conseillers peu ordinaires afin de régler les choses à sa manière, par des méthodes qui surprendront autant ses ennemis que ses alliés. Le Roi est le premier tome des aventures d’Enjan, au fur et à mesure desquelles il découvre que la vie d’un souverain n’est pas de tout repos et que la tâche qui l’attend est plus dangereuse que prévue.


Avis de Missdeath
Si vous aimez l’héroïc-fantasy alors « L’empereur : Le roi », de Liane Silwen est fait pour vous !

Au début du roman, le cadre est expliqué. On en apprend un peu sur le royaume de Codée, où se dérouleront les aventures de nos personnages, mais aussi sur la création de ce monde et ses particularités. Par exemple, la notion du temps n'est pas la même, les semaines durent dix jours par exemple.
Cet aspect, pourtant amusant, est un peu décevant. En effet, on ne comprend pas bien l'intérêt de prendre autant de temps pour cadrer des choses qui ne sont, à mes yeux, pas si importantes pour comprendre le récit.
J'espère cependant que l'histoire de la création de ce monde sera réinvesti dans le prochain tome.

Le récit raconte l'histoire d'Enjan, un jeune roi, en qui tout un peuple a placé ses espoirs. Il faut dire que son royaume ne se porte pas très bien et que ses prédécesseurs n'ont rien fait pour arranger la situation... L'histoire débute à l'époque de sa naissance. C'est avec plaisir qu'on observe sa croissance et l'apparition de certains de ses traits de caractère.
Au fil des années, il va se faire de très bons amis, mais aussi quelques ennemis. Ces relations fondent le récit. Enjan est très attachant mais ça ne le serait pas tant sans ses sentiments pour son entourage.
Finalement, il nous donne l'impression d'être un bon souverain qui accomplira de nombreuses tâches, même si celles-ci impliqueront de nouveaux ennemis.
Les autres personnages quant à eux sont tous très bien décrits, chacun a sa place dans cette histoire et les rôles sont très bien définis. J'ai beaucoup apprécié la présence d'elfes, mais aussi d'autres races qui ne sont pas toujours habituelles dans ce type de roman.
La notion de magie y est aussi abordée avec originalité avec un côté très poétique et très imagé.

Mise à part la partie descriptive du départ qui, pour les raisons évoquées plus haut, m'a paru trop tirer en longueur, l'écriture est fluide et dynamique. Les actions s'enchaînent ne laissant aucun répit à notre cher Enjan ni au lecteur qui ne peut plus poser son livre. Malgré cet enchaînement, tout est bien posé de telle sorte qu'on ait l'impression de voir un film plutôt que de lire un livre.
La narration omnisciente est très bien gérée. On ressent ce que ressent chacun des personnages et on a presque envie de leur crier ce que ressentent les autres lorsqu'il s’agit d’une histoire de relation ou de confiance. Seul petit bémol, je trouve qu’il manque un avis plus extérieur, d’un personnage secondaire ou d’un ennemi par exemple.

Merci à Liane Silwen et au forum pour ce partenariat. Ce fut une très agréable découverte et j’ai bien envie de découvrir la suite !


Avis d'Inlandsis
Le Roi est le premier tome de la saga « L'empereur. » Il s'agit également d'un premier roman. Nous sommes plongés en Codée, un univers multiple et coloré où se côtoie la plus grande partie des figures classiques de l'heroic fantasy. Dans ce premier tome, nous suivons l'arrivée au pouvoir et les premiers pas du Prince Enjan en tant que roi.

L'univers décrit est à la fois riche et foisonnant. Passé quelques (dizaines de) pages d'adaptation, Codée est un monde cohérent et mystérieux qu'on a plaisir à découvrir doucement. À chaque ligne, on sent que l'auteur croit dur comme fer à son univers et qu'elle souhaite le rendre aussi palpable et réel que notre quotidien. Bien que de nombreuses différences existent, Codée devient alors petit à petit un lieu qu'on prend plaisir à découvrir et une sorte de seconde maison. Par contre, il en fallait bien un, j'ai quand même eu du mal à m'adapter aux mots spécifiques de ce monde, malgré les notes de bas de page qui les définissaient... Un lexique à la fin aiderait probablement car il est difficile de retrouver certaines définitions vingt ou trente pages après.
Pour l'habitué à l'héroic fantasy, Codée n'est pas un monde particulièrement original. Malgré le nombre conséquent de créatures qui l'arpente, aucune n'est vraiment spécifique : on y croise des êtres humains, des elfes, des nains, des anges... Et, forcément, son lot de jeux de pouvoir et d'incompréhension mutuelle entre les races. Bref, on n'est pas ici en rupture conventionnelle avec le genre. L'auteur réussit quand même à nous livrer un roman sympathique et agréable à lire : le genre n'est pas renouvelé mais l'histoire présente plus de qualités que nombre d'autres récits d'heroic fantasy.
L'intrigue est rondement menée. Bien que les palabres des conseils soient parfois un peu longuets, ce premier tome nous pose les pierres angulaires d'une épopée qui promet son lot de rebondissements et de surprises. L'ensemble est plutôt bien ficelé pour un premier roman et se laisse lire sans problème. Le style de l'auteur, sobre, facilite également grandement la lecture. C'est très intéressant de se plonger dans les premiers temps du règne d'Enjan : on apprend les codes du royaume en même temps que lui. Un point, par contre, qui m'a un peu déplu : les multiples références à d'autres œuvres du genre. Les clins d'oeil, c'est bien, mais là, c'est peut être un peu trop.
Les personnages sont plutôt bien construits et laissent suffisamment de parts d'ombre pour aiguiser l'appétit du lecteur. Il s'agit d'un premier tome et on s'attend donc à des évolutions pour chacun d'eux. Ils sont suffisamment différents les uns des autres et le héros n'est pas omniscient et omnipotent comme dans beaucoup de romans du genre.

Pour résumer, j'ai trouvé que ce premier tome était une bonne entrée en matière. « L'Empereur » est une cycle que je suivrais avec intérêt. J'ai pu découvrir une jeune auteur prometteuse. Et je la remercie grandement, ainsi que le Sanctuaire de la lecture, de m'avoir permis cette lecture.


Avis d'Aurélie
Le premier tome de L’Empereur porte bien son nom : Le Roi. C’est ainsi que commence cette saga, par le façonnement d’un chef d'État, Enjan qui, dès sa naissance porte en lui l’espoir de tout un peuple. Il grandit avec ce poids sur les épaules, avec cette étrange prophétie qui raconte qu’il est La Lumière. Enjan accepte le rôle qu’on lui impose dès son premier cri et, lorsque son père meurt, il prend le titre de roi. Un jeune roi de dix-sept ans succédant à des souverains qui n’ont pas su tenir la tête du pays hors de l’eau, qui n’ont pu que laisser le fossé se creuser entre le peuple et les hautes sphères de la cour. Enjan, lui, a été éduqué par des personnes qui espèrent que les choses vont changer et il est bien déterminé à suivre la voie qu’on lui a tracée malgré ses doutes et son inexpérience.

L’Empereur est une saga prometteuse, façonnée par les intrigues politiques qui régentent un royaume. Mais c’est, dans un premier temps, un univers inédit qui est décrit avec précision dès les premières pages. Ce n’est pas simple de tout assimiler, mais l’auteur a fait un choix qui s’avère efficace : si cela peut être laborieux de commencer avec de nombreuses explications et nouvelles notions, Liane Silwen réussit à nous embarquer dans ce milieu qui nous est inconnu. Je regrette d’ailleurs que la longue explication sur la création des mondes ne soit pas réutilisée au cours du tome ; cela laisse une impression de bases qui restent à exploiter. Mais rien n’est terminé et la suite nous apportera sûrement quelques informations supplémentaires.

Les mécanismes politiques détaillés tout au long du tome ont su titiller mon intérêt : j’ai apprécié le fait d'avoir droit à un héros qui, pour une fois, a d’autres obligations que de devoir triompher, tel un guerrier trop-beau-trop-fort dans une bataille. Ici, le jeune roi doit se frayer un chemin jusqu’au respect de son peuple, un chemin parsemé d’embûches, de traîtres et de gens dont l’esprit est aussi ouvert qu’une ville en état de siège. Enjan est le symbole du changement et il l’assume en innovant dès le jour de son couronnement. Certains n’apprécieront pas de voir autant de stratagèmes mais, pour les amateurs, c’est un régal. Rien n’est laissé au hasard, Enjan ne peut mériter sa place qu’en portant le titre de roi. Il doit s’imposer, lui à qui on offre un royaume en perdition.

Ce roi, justement, est un personnage qui, ayant tout apprendre, nous permet de suivre son évolution de A à Z et l’on commence avec sa naissance. L'auteur nous laisse découvrir quelques pans de son enfance qui nous permettent de nous familiariser avec lui avant de réellement nous plonger dans son histoire dès son couronnement. C’est un personnage qui se découvre en même temps que l’on apprend à le connaître, qui commence son évolution sous nos yeux et qui est creusé au fil des pages. Les oppositions entre le jeune âge d'Enjan et la sagesse que l'on attend de lui fait, entre son manque flagrant d'expérience et les décisions qui doivent être prises en prenant en compte les événements passés, font qu'on s'attache au personnage qui est poussé à grandir trop vite. Le héros nous touche par sa maturité forcée, par les trop lourdes responsabilités qu’il acquiert trop vite. Il hésite, toujours, et se force à ne pas le montrer. La narration nous permet de voir le contraste entre le combat intérieur qu’il mène et le masque qu’il tente de revêtir face à ses sujets : cela le rend plus humain, le met à notre portée.

Les autres personnages du livre sont eux aussi peu à peu développés : ses amis proches évoluent avec lui, mais aussi de leur côté, en cherchant leur place, en acceptant à leur tour leurs propres responsabilités. Seiren et Khalan ne sont encore qu'esquissés, mais leur parcours, dévoilé peu à peu, nous promet deux personnages d’importance pour la suite de cette saga. Enfin, il y a Wen, être énigmatique, au-dessus des autres de par sa nature d’elfe, mais aussi de par sa longue vie. On n’en sait que peu sur elle, mais il est certain que les tomes à venir nous permettront d’en savoir davantage à son sujet. Pour l’instant, on ne s’y attache pas ; on doute sans cesse d’elle, tout comme Enjan, et c’est frustrant de se poser des questions, de chercher à comprendre. On est certain que ses intentions sont bonnes, mais il reste ce doute infime, cette part de doutes qu’Enjan nous communique et qui nous donne envie d’en savoir toujours plus.

Cette saga commence bien : les personnages sont intéressants, l’intrigue pique notre intérêt et l’univers développé nous happe sans trop de difficultés. L’écriture est fluide, les mots de l’auteur sont bien choisis et permettent de ne pas avoir à réfléchir trop longtemps pour comprendre où elle veut en venir. Seulement, il y a des détails qui montrent qu’une amélioration est à attendre. J’ai pris du plaisir à lire ce livre, mais il n’est pas parfait. L’auteur veut montrer que son héros doute et, parfois, cela manque de naturel ; cette mesure qui permet aux émotions des personnages de couler de source fait défaut au livre. Certains doutes sont exagérés ; j'ai ressenti cela comme une petite maladresse dans l’envie de faire ressentir certains aspects au lecteur. Ce n’est heureusement rien qui gêne la lecture, et je pense sincèrement que l’auteur saura rectifier le tir dans ses prochains tomes en prenant plus d’aisance avec ses personnages ainsi que son univers.
Quelques maladresses dans certains choix d’écriture à mon sens, mais qui ne portent pas préjudice à la qualité de l’ouvrage.

Le choix des attributs d'un des personnages m'a tout de même dérangée : le sang d’un ange qui permet de guérir n’importe quel poison m’a paru être une chose bien trop facile pour la suite. L’épisode de l’infirmerie m’a, du coup paru, se dérouler comme une promenade de santé alors que ce n’est en réalité pas le cas. Bien que je comprenne parfaitement ce qu’a voulu transmettre l’auteur avec ce passage, cela n’a pas fonctionné avec moi et j’en suis un peu déçue. J’aurais aimé avoir plus de difficultés, que cela ne me paraisse pas trop facile. C’est un ressenti réellement personnel ; je suis sûrement trop friande d’épreuves difficiles à surmonter et je n’ai pas eu la dose de complications promise.

Liane Silwen nous offre les débuts d’une saga qui ne peut que prendre son envol et nous surprendre par la suite. Les bases posées sont prometteuses, les maladresses peuvent être rectifiées sans problème et le plaisir procuré par la lecture suffit à gommer ce qui peut déranger une fois le livre refermé. J’ai apprécié ma lecture et je compte bien ne pas m’arrêter là ; j’espère simplement ne pas placer la barre trop haut pour la suite en attendant une amélioration dans les aspects qui m’ont dérangée, mais je ne m’inquiète pas trop. L’auteur a réussi à m’entraîner dans son univers dès les première pages. C’est toujours rafraichissant et agréable de suivre les aventures de personnages imparfaits, qui apprennent de leurs erreurs et ne sont pas sans peur et sans reproche. Rien que pour cela, je suis conquise.

Merci à Liane Silwen de m’avoir permis de découvrir sa plume et sa création à travers le forum. Je ne regrette pas le temps passé à tourner les pages du premier tome de L’Empereur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire